Confinement

Voici une toute nouvelle rubrique qui voit le jour alors que nous vivons une période tout à fait unique. Nous sommes depuis le 13 mars 2020 en confinement. Depuis cette date il est beaucoup plus difficile de se procurer les matières premières et on ne va pas se mentir, même s’il est possible de sortir, pour beaucoup nous n’avons pas très envie de sortir.

Ce qui fait que cette impossibilité de se déplacer, l’angoisse de la contagion, la cohabitation forcée à l’intérieur de la maison, l’ennui a donné l’occasion à de nombreuses personnes de se remettre au fourneau. C’est l’occasion de réfléchir à des façon de manger plus sainement, d’éviter de prendre du poids alors qu’il est plus difficile de se dépenser. Apprendre à gérer aussi ses courses sur plusieurs jours (voir semaines), apprendre à cuisiner les restes, apprendre à cuisiner alors que des ingrédients semble manquer à une recette (il existe des solutions pour remplacer), et tout simplement se remettre au fait maison (faire son pain ou ses yaourts).

Voici pourquoi j’ai décidé de faire cette rubrique. Surtout qu’il semblerait que cette période dure un peu plus longtemps que prévue, alors autant la faire durer dans le temps. Voici donc mes conseils pour cuisiner en période de confinement.

Le confinement, l’occasion de mieux manger

img_5e88640bc0172.jpgRegardons le bon côté des choses : en travaillant à domicile, nous avons tous gagné au moins le temps de nous déplacer de la maison au bureau. Cela signifie que nous avons la possibilité de cuisiner plus de choses avec nos mains au lieu de devoir toujours recourir à des produits industriels : Même s’ils ne sont pas forcément mauvais, ils restent qu’ils contiennent certainement plus de sel et de conservateurs que ce qui est cuisiné à la maison. Profitons de cette occasion pour préparer plus de légumes, de légumineuses et de céréales et mieux choisir la répartition des calories dans les repas de la journée. Comme d’habitude, lorsque les parents travaillent loin de la maison et que leurs enfants sont à l’école, nous mangeons à la hâte le midi et nous prenons ensuite un dîner plus copieux. Nous pouvons maintenant respecter les principes de la chronobiologie, qui établit que nous prenons la plupart des calories dans la première partie de la journée car le métabolisme les gère beaucoup mieux que celles introduites à partir de l’après-midi. En outre, la cuisine nous aide à lutter contre la sédentarité car couper des légumes, laver, cuisiner et se tenir debout nous fait également faire de l’activité physique et nous pouvons essayer d’impliquer nos enfants également.

Un petit déjeuner de roi

img_5e886386008ef.jpgMais ces jours-ci nous donnent aussi l’occasion de bien commencer la journée avec un bon petit déjeuner au lieu de l’habituel café rapide et de partir. Le petit déjeuner doit être agréable et riche. On peut boire une tasse de lait avec du pain, du beurre et de la confiture ou une tranche de beignet, mais il faut aussi un fruit ou un jus fraîchement pressé même s’il vaut mieux mordre que boire car cela donne plus de satiété. Faut-il préparer des collations en milieu de matinée et l’après-midi ? Comme on bouge moins – répond l’expert – l’adulte doit s’en passer, mais les enfants en ont besoin car leur organisme se développe. Mais il doit être sain, donc un yaourt ou un fruit. S’ils demandent un en-cas, celui-ci peut leur être accordé, mais dans ce cas, ils doivent renoncer à d’autres sources de sucre

Prendre les escaliers ou nettoyer la maison, rester en forme à l’époque du coronavirus

Au déjeuner, un seul plat et un fruit

Pour le repas de midi, vous pouvez opter pour des plats nutritifs mais sains : Comme on a plus de temps, dit la nutritionniste, vous pouvez préparer une soupe de légumineuses avec des croûtons de pain, une soupe de légumes ou des pâtes et des haricots ou des pois chiches. Ensuite, pas de seconde mais directement le fruit que souvent ceux qui travaillent ont tendance à ne pas manger au déjeuner. Non, au contraire, à l’alcool pour éviter les calories inutiles. Et si, à la place, les enfants demandaient une assiette de pâtes avec de la sauce tomate ? On peut le faire sans en faire trop : une assiette de 80 grammes en moyenne est bonne pour tout le monde. Mais il faut alors ajouter un plat d’accompagnement à base de légumes.

Dîner léger

Le soir, il faut être plus léger : C’est une règle à toujours suivre : au dîner, il faut introduire moins de calories. Nous pouvons manger une portion de fromage, de viande ou de poisson avec des légumes et 100 g de pain plus des fruits. Que faire si les enfants n’aiment pas les légumes ? Ces journées passées à la maison peuvent également être l’occasion d’introduire de nouveaux aliments dans leur régime alimentaire, car nous les avons à portée de main et nous pouvons les suivre tout au long des repas de la journée sans craindre qu’ils ne meurent de faim. Ainsi, nous pouvons essayer de mettre des salades, des carottes et des haricots verts sur la table et risquer qu’ils les laissent et ne les mangent pas mais, jour après jour, quelque chose pourrait changer. L’important est de ne pas transformer la nourriture en monnaie d’échange contre une récompense ou une punition, prévient l’expert. Ce qui fonctionne le mieux, c’est l’exemple des parents.

Ne pas dîner : une stratégie pour ne pas grossir

Les adultes qui étaient habitués à s’entraîner régulièrement pendant la semaine recherchent surtout des stratégies pour les aider à ne pas prendre de poids. Ne pas dîner peut il être une solution ? L’idéal est de répartir correctement les calories sur les différents repas en mangeant un peu plus le midi et un peu moins le soir, mais il y a des gens qui, lorsqu’ils s’assoient à table, ne peuvent pas se lever avant d’être rassasiés au point d’avoir la nausée. Dans ces cas-là et lorsqu’il faut faire attention à son poids, il est préférable de sauter le dîner ou de ne jeûner qu’un jour par semaine car on réduit ainsi les calories introduites. L’important, c’est que vous preniez aussi de l’eau et quelques jus de légumes ou de fruits pour faire le plein de vitamines.

Le régime bouclier qui nous rend plus forts

Et sur le sujet des vitamines : comme il est bien connu que faire le plein de compléments ne nous protège pas contre les coronavirus, que pouvons-nous apporter à la table pour renforcer notre système immunitaire ? Ce n’est pas une question d’aliments individuels. Ce qui fait la différence, c’est un régime alimentaire qui se concentre sur les aliments végétaux et très peu de produits animaux, avec une prédominance des produits laitiers et du poisson. De cette façon, nous mettons le microbiote intestinal dans des conditions appropriées pour augmenter le système immunitaire. Bien sûr, manger des légumes n’est pas comme porter un masque, mais cela nous permet d’avoir des défenses immunitaires maximales. Certainement pas du jour au lendemain : il faut au moins un mois d’alimentation saine pour voir les premiers résultats sur le poids ainsi que sur le bien-être général

Aux fourneaux contre l’ennui et l’anxiété

img_5e8863acec23c.jpgIl y a un autre aspect à prendre en compte : beaucoup de gens commencent à cuisiner pour ne pas penser à ce qui se passe, pour dissiper leurs inquiétudes et pour passer du temps. Nous en profitons donc pour essayer cette recette que nous voulons préparer depuis si longtemps. Ou bien nous préparons de délicieux gâteaux pour les enfants. Mais plus on cuisine, plus on mange. D’une part, le retour à la cuisine familiale est beau parce qu’il nous permet de redécouvrir le plaisir des saveurs authentiques et qu’il est un acte d’amour pour la famille. Mais nous pouvons choisir des recettes plus légères pour ne pas surcharger les calories, explique la nutritionniste.

Le délicieux gâteau aux fruits

Léger, cependant, ne veut pas dire pas savoureux. Et, en fait un délicieux gâteau aux fruits qui peut être un bon en-cas pour les enfants ou un aliment pour tous au petit déjeuner. Il est préparé avec 3 œufs, 3 verres de farine, 2 verres de sucre, 1 yaourt ou un verre de lait (à augmenter ou à diminuer selon la consistance de la pâte), 1/2 verre d’huile de graines, 1 sachet de levure et environ 2 kilos de fruits : pommes, poires, kiwis, bananes (y compris certains fruits secs comme les abricots), zestes de citron et noix. Faites cuire à 180° pendant environ 40 minutes.