usa

Si nos amis d’Outre-Atlantique semblent avoir une affection particulière pour les burgers dégoulinants, les sodas XXL et les cheveux oranges (ou blond vénitien grillé)… ils sont aussi de fins gourmets en ce qui concerne la pâtisserie !
Parfois injustement décrite comme trop lourdes ou trop sucrées, les pâtisseries made in USA réservent pourtant de belles surprises.
Si tu es du genre à fondre comme un sundae au barbecue devant la vitrine d’une boutique de cupcakes (et que tu ne crains pas trop le diabète de type 2, je préfère quand même te prévenir) : alors, lis la suite !
Loin des clichés, découvre une pâtisserie audacieuse, festive et finalement assez méconnue.

Recettes de pâtisseries américaines

Que sais-tu vraiment des pâtisseries américaines ?

Ok, je te vois venir, ce n’est pas à toi que je vais faire découvrir les cookies, les brownies ou l’inimitable cheesecake new-yorkais. Tu as même acquis une très grande culture des cupcakes au fil des saisons de Sex & the City. Mais si je te dis bizcochito, cobbler aux pêches ou encore Joe frogger ? Je t’ai perdu ? Quoi de plus normal ! On a souvent une vision simpliste de la pâtisserie américaine, alors qu’elle est variée et pleine de saveurs surprenantes. L’emploi d’ingrédients comme la patate douce, la carotte ou la citrouille peut avoir tendance à faire bondir nos petits coeurs fragiles, et c’est bien dommage, parce que ces associations sont démentielles !
Si la pâtisserie a mis un peu de temps à pointer le bout de son nez aux Etats-Unis, elle n’a jamais cessé d’évoluer. Au fil des années, elle a été inspirée par toute l’histoire coloniale du pays. La culture amérindienne et les vagues d’immigration successives ont laissé une empreinte culinaire propre à chaque région, à chaque état, et parfois même à chaque ville.
C’est parti pour un tour des USA, à la découverte de quelques unes des merveilles sucrées de l’oncle Sam (un peu comme le tour des parcs nationaux, mais en mieux) !

La pâtisserie de la côte Est

New York, New York

On ne présente plus le King : l’indétrônable cheesecake new-yorkais ! Deux versions s’affrontent : pour les uns il serait originaire de la Rome antique, pour les autres d’Europe centrale. On ne peut pas vérifier, alors on se contentera d’en prendre une bonne grosse part. Il se compose d’un fond de biscuits émiettés et d’une préparation à base de cream cheese, dont la version new-yorkaise est connue pour être particulièrement dense et crémeuse. Il est souvent agrémenté d’un glaçage au caramel, au chocolat ou aux fruits rouges.
La ville regorge de pâtisseries où sont vendus cupcakes colorés, muffins, pancakes, et cookies en tous genres. La grosse pomme a carrément élu son propre muffin officiel (à la pomme, par pur hasard) : le New York State Apple Muffin.

La Nouvelle-Angleterre et les états du Nord-Est

Très appréciée, la pâtisserie de la Nouvelle-Angleterre utilise beaucoup les produits laitiers, les canneberges et autres baies sauvages, ou encore le sirop d’érable (on sent que le Canada n’est pas loin). Les desserts s’inspirent souvent de la pâtisserie anglaise en proposant des variantes de puddings ou de tartes traditionnelles. Parmi les petites merveilles de la région, on trouve les muffins de maïs (corn muffins), la tarte à la pêche du Vermont, ou encore la très officielle Boston cream pie, à mi-chemin entre un gâteau et une tarte à la crème, élue dessert officiel de la ville.
Direction ensuite le Massachusetts, qui a vu naître en 1930 une des plus célèbres douceurs américaines : le cookie, dont le nom est dérivé d’un terme néerlandais signifiant “petite galette”. L’état est également le berceau d’un autre biscuit assez emblématique : le Joe Frogger, à base de mélasse, de clou de girofle et de gingembre, au goût légèrement poivré. Il aurait été inventé par l’un des premiers fermier noir libre, un certain Joseph, qui vivait au bord d’un étang rempli de grenouilles (je te laisse chercher tout seul le lien avec le nom du biscuit).

Les douceurs du Sud

Avec des influences africaines, amérindiennes, hispaniques et européennes, la gastronomie des états du Sud-Est est l’une des plus riche des USA. Côté pâtisserie, on y trouve des saveurs bien réconfortantes (et un peu grassouillettes, comme on aime), dont les beignets au lait concentré ou le Banana Foster, une spécialité de bananes caramélisées, parfumée au rhum et à la cannelle. Encore plus festive : la tarte aux patates douces, qui est cuite dans une crème aux épices et servie avec une boule de glace à la vanille, souvent à l’occasion des fêtes de fin d’années.
La Floride, célèbre pour sa production d’agrumes, réveille les papilles avec la tarte au citron de Key (key lime pie), dont la base est un petit citron tout mignon et très acidulé, typiquement floridien.
Les germanophones, ayant immigré en Caroline du Nord fin des années 1700, y ont apporté les traditions culinaires du centre de l’Europe. Le biscuit aux épices de Moravie en est un bel exemple, qui s’est intégré dans le paysage américain au point de devenir un incontournable pendant les fêtes de Noël.
Dans les états du Sud, en particulier en Géorgie, le slogan pourrait être “la pêche sous toutes ses formes”. On a le choix entre la délicieuse tarte peach pie, de succulentes recettes de crème glacée à la pêche, ou encore le Cobbled aux pêches, dont les fruits sont longuement rôtis au four avec du sucre et des épices… irrésistible ! Bon, sauf si tu détestes la pêche bien sûr…

Le centre du pays : du Midwest aux grandes plaines

Si la région utilise principalement des produits locaux comme les pommes, les cerises ou les bleuets, les desserts s’inspirent des traditions de toute l’Europe. Il n’est pas rare de trouver des variantes de recettes hongroises, italiennes ou néerlandaises. Le Midwest est aussi à l’origine de deux monstres sacrés de la pâtisserie américaine :

  • Le brownie, créé à Chicago fin des années 1800. Selon la légende, c’est un oubli de levure qui serait à l’origine de ce gâteau, tellement moche qu’il a été coupé en carrés pour le rendre à peu près présentable. Comme quoi, l’étourderie a parfois du bon !
  • Le muffin, qui sera décliné plus tard à toutes les sauces et dans tout le pays. C’est l’état du Minnesota qui est à l’origine du véritable Blueberry muffin, l’authentique muffin aux myrtilles, qui n’a pas grand chose à voir avec ses pâles copies.

La passion des tartes bien épaisses ne faiblit pas dans le Midwest, avec des recettes gourmandes comme la tarte à la crème de sucre ou la tarte fraise-rhubarbe, qui est surmontée d’un quadrillage de fines bandes de pâte, comme c’est souvent le cas aux États-Unis.
La culture amérindienne a elle aussi laissé une empreinte forte, souvent dans des recettes à base de coco ou de noix, comme la tarte aux noix de pécan, également très consommée dans les états du Sud. Le persimmon pudding, ou pudding aux kakis, est l’un des plus ancien dessert des américains natifs. Sa version moderne est aujourd’hui encore largement répandue.

La côte Ouest, du Nord au Sud

Entre les barbecues et les tournages de westerns, on se demande quand les habitants de l’Ouest ont trouvé le temps de faire des gâteaux… mais ils l’ont fait ! Le Sud-Ouest a emprunté de nombreuses recettes au voisin mexicain, comme les churros, ces beignets populaires souvent vendus dans les foires, qui ont toujours autant de succès des deux côtés de la frontière. Le bizcochito est lui un petit biscuit au beurre, typique du Nouveau-mexique. Parfumé à l’anis ou à la cannelle, il accompagne souvent le café pendant les grandes occasions. Dans l’Utah, ce sont le miel et les cerises qui sont souvent à l’honneur, ainsi qu’une variante de scones, les elephant ears, dont le nom provient de leurs forme d’oreilles d’éléphant. En Californie, on trouve une spécialité à laquelle on ne s’attend pas vraiment : le fortune cookie, ou gâteau de la chance. Ce petit gâteau aux amandes contenant un message caché, d’origine japonaise, se serait développé dans le quartier chinois de San Francisco après la seconde guerre mondiale. Il s’est ensuite répandu comme une traînée de poudre à travers tout le pays.
Plus au Nord, on agrémente les muffins ou les whoopies (sorte de petits sandwichs garnis de crème), de poire ou de noisettes, dont l’état de l’Oregon est le seul producteur national.

Les gâteaux américains incontournables

Les gâteaux les plus répandus aux États-Unis sont souvent ceux dont l’origine est la plus floue, mais il sont tellement bons qu’on a presque envie d’oublier d’où ils viennent vraiment. Parmi les grands gagnants qui réconcilient tous les états (et toutes les équipes de football américain), on peut citer :

  • la pumpkin pie, une tarte fondante à la citrouille et au lait concentré, devenue emblématique du repas de Thanksgiving ;
  • le carrot cake, un gâteau à la carotte, dont le goût naturellement sucré permettait d’adoucir les préparations, à une époque où le sucre était horriblement cher ;
  • le red velvet, ou gâteau rouge velours, un délicieux dessert de couleur pourpre avec des couches de crème ;
  • la traditionnelle tarte au pommes américaine, tellement bonne qu’elle aurait rendu nostalgiques les soldats américains débarqués en France pendant la seconde Guerre Mondiale… rien que ça !

Tu l’auras compris, les desserts des USA ne se résument pas (en tous cas, pas toujours) à d’énormes gâteaux à la crème, ou au panier de muffins de Bree Van de Kamp. La pâtisserie américaine semble avoir su tirer le meilleur de toutes ses influences, en créant des spécialités locales qui font, aujourd’hui encore, la fierté des habitants. Alors, enfile ton tablier et lance toi dans des recettes créatives, fun et colorées !
Si tu as l’âme d’un vrai pionnier, tu peux même essayer la recette de l’Akutaq ou eskimo ice cream, une “crème glacée” originaire d’Alaska, subtil mélange de baies, d’herbes sauvages… et de graisse de phoque !